Les panneaux solaires pour les nuls

1. Produire des panneaux solaires consomme beaucoup d’énergie.

Oui il faut de l’énergie pour produire des panneaux solaires, les fours où l’on met les lingots de silicium consomment beaucoup d’électricité. Les processus de fabrication ont beaucoup évolué ces dernières décennies. En 1986, il fallait compter 409 grammes d’équivalent CO2 pour un kWH. Aujourd’hui, l’empreinte d’un panneau solaire n’est plus que de 20 à 25 grammes d’équivalent CO2 par kWH.

Concrètement, cela signifie que les panneaux « remboursent » leur dette énergétique en seulement un an et demi en France, contre 5 ans en 1992. ✌🏻

2. Les panneaux solaires ne sont pas recyclables.

FAUX, tous les panneaux photovoltaïques à base de silicium cristallin sont recyclables entre 85% et 95%. Pour les recycler il faut retirer la connectique, délaminer le panneau (retirer les cellules en silicium, le verre et le polyester, électrodes métalliques), et enfin les plaquettes de silicium peuvent réutilisées ou recyclées. Des panneaux certifiés par l’organisme européen PVCycle assurent la collecte de l’éco-contribution et la gestion des filières de recyclage. 🌳

3. Les panneaux en polycristallin sont plus rentables que ceux en monocristallin.

Les panneaux à base de cellule en silicium monocristallin sont ceux ayant le rendement le plus élevé (12 à 19%), c’est la technologie la mieux maitrisée d’où son prix coûteux. Les panneaux à base de cellule en silicium polycristallin sont obtenus par la refonte de chutes de cristaux de silicium. Son rendement est un peu moindre (12 à 15%) comme son coût. On peut les différencier par leurs couleurs, les panneaux en monocristallins sont de couleur noire, alors que les panneaux en polycristallin sont de couleur bleue.

4. L’énergie produite est consommée en très peu de temps.

Quand vous utilisez vos panneaux en autoconsommation, soit vous pouvez revendre le surplus à EDF, soit consommer totalement ce que vos panneaux produisent et le surplus retourne dans le réseau. L’énergie produite ne se perd pas en peu de temps, vu que vous consommez que ce que vous produisez. Dès qu’il n’y a plus d’appareil branché, la production des panneaux part dans un compteur EDF, et donc vous consommez à votre rythme. L’autoconsommation permet de maitriser sa propre consommation.

5. Au bout de 20 ans, les panneaux ne sont plus productifs, ce n’est pas durable !

Les panneaux solaires ont une durée de vie d’environ 20 à 35 ans selon les modèles. Ils ont chacun 20 années de fonctionnement minimum et de garantie, c’est pour cela que les contrats proposés par la plupart des entreprises sont sur 20 ans. Après ces vingt belles années le panneau peut encore fonctionner ou alors être recyclé, mais il ne pourra pas refaire 20 nouvelles années avec une rentabilité identique.

6. Le solaire ne sera jamais l’électricité de demain sans centrales nucléaires.

Beaucoup de gens pensent que les énergies renouvelables ne peuvent pas remplacer nos centrales nucléaires. En effet, nous ne pouvons pas arrêter nos centrales nucléaires du jour au lendemain, mais de nos jours les énergies renouvelables produisent déjà 24% de l’électricité consommée (environ 12% par le photovoltaïque). Elles ne peuvent pas fournir autant d’électricité que les centrales, mais d’ici 20 ou 30 ans c’est l’objectif ! Aujourd’hui nous entrons dans une nouvelle ère. Pour avoir un système énergétique 100% renouvelable, on se reposera sur des réseaux de petites unités de production situées au plus près des lieux de consommation.

7. Il n’y a pas assez d’ensoleillement dans le Centre de la France pour que les panneaux soient rentables.

Pour qu’un panneau soit rentable et produise correctement, il ne faut pas de chaleur, mais de la lumière. Alors contrairement aux idées reçues le solaire ne fonctionne pas uniquement dans le Sud. Certes il y a souvent du soleil dans le Sud, mais on peut quand même installer des panneaux dans le Nord de la France ou dans le Centre sans avoir de crainte au niveau de la rentabilité. Par exemple, en 2015 il y avait une meilleure production dans notre belle région Centre (le Cher …) qu’en Corse. 😍

8. Le retour sur investissement n’est pas amorti à cause du prix des installations solaires.

Après avoir installé des panneaux photovoltaïques, la durée d’amortissement dépend de la taille de l’installation et des économies effectuées sur la facture d’électricité. Donc une installation photovoltaïque se rentabilise en fonction de votre position géographique, du taux de TVA et du mode de pose : intégré dans le toit ou posé dessus. Sur des hangars agricoles, une installation solaire est amortie en 6 à 7 ans et sur une installation moyenne en 8 à 9 ans. En sachant que la durée de vie d’une installation solaire est nettement supérieure, vous faites des économies de milliers d’euros. Vous bénéficiez de votre propre énergie verte et vous contribuez à un Nouveau Monde plus propre. ☀️

9. Il faut absolument être orienté Sud pour que les panneaux soient rentables.

L’inclinaison et l’orientation des panneaux sont importantes pour optimiser le mieux possible la production d’électricité. En effet il ne faut pas seulement être orienté Sud pour produire, ainsi une orientation plein sud et une inclinaison à 37° est optimum. L’ensoleillement maximum permet donc d’optimiser la production. La production est à 90% si l’on oriente sud-est ou sud-ouest avec une inclinaison de 30° ce qui reste convenable. Nous pouvons aussi orienter les panneaux est-ouest qui permettent de produire sur la journée au lieu d’avoir un gros pic de production.

10. S’il ne fait pas chaud, alors pas de production d’énergie !

Une grande partie de la population pense que la production d’énergie avec les panneaux provient de la chaleur. En réalité un panneau solaire n’a besoin que de la lumière du soleil pour fonctionner et non de la chaleur. De même, si un panneau chauffe trop il va perdre en production. C’est pour cela que l’on ne produit pas que l’été. En effet l’hiver aussi nous pouvons produire de l’électricité même si l’été reste plus favorable à la production (en partie grâce à la hauteur du soleil, des jours plus longs et moins de nuages).

11. Le surplus d’électricité est perdu !

Le surplus n’est jamais perdu ! Quand vous choisissez l’autoconsommation, vous avez la possibilité de revendre ce surplus à EDF pour vous aider à amortir d’autant plus votre installation de panneaux solaires ou cette énergie peut aussi repartir dans le réseau gratuitement vers un autre compteur.

12. Dès que les panneaux sont posés, plus besoin d’entretien.

Un dernier FAUX, après que les panneaux solaires soient posés, il faut tout de même qu’ils soient entretenus pour pouvoir produire correctement sur la durée. Si les panneaux sont recouverts de poussières, ce qui arrive souvent en milieu agricole, les panneaux vont moins bien capter la lumière et produiront moins. Il faut donc un entretien permanent et vérifier leur production d’électricité en cas de dysfonctionnement. De nouvelles techniques ont fait leurs sorties telles que SUNIBRAIN, qui nettoie la surface du panneau, mais aussi le refroidit, parce qu’un panneau qui chauffe produit moins (installations agricoles et industrielles). Sur des petites installations chez des particuliers l’entretien est quasi nul, la pluie et la pente du toit suffisent. Pour éviter toute mauvaise surprise, il faut tout de même vérifier la puissance délivrée par les panneaux de temps en temps. 😇